Excellence, Ethique, Responsabilité, Ouverture
Le Cameroun face à la menace COVID-19

Le Cameroun face à la menace COVID-19

Au moment où le monde connaît une crise sanitaire de grande envergure, la psychose se répand sur des populations de plus en plus inquiètes. Le virus à l’origine de la maladie du COVID-19, est apparu en Chine en Novembre 2019, dans la ville de Wuhan. Il touche désormais 169 pays, faisant selon les dernières estimations de sources institutionnelles 339.982 contaminés et 14.632 morts[1]. Le continent africain reste peu affecté avec un nombre total de contaminés s’élevant à 1268 selon les derniers bilans émis par l’Union Africaine le 22 Mars. Cependant, l’Afrique subsaharienne a enregistré son premier décès le mercredi 18 Mars au Burkina Faso. Au regard de la progression fulgurante de la pandémie, le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé a appelé le continent « à se réveiller et à se préparer au pire ». Ainsi un certain nombre de pays ont mis en place des mesures de restriction en interne pour limiter les cas de contagion et ont procédé à la fermeture des frontières. Le Cameroun s’est officiellement lancé dans cette guerre sanitaire par l’intermédiaire des annonces gouvernementales du 17 Mars 2020.  Avec 56 cas confirmés au 22 Mars 2020, au sein d’une population estimée à environ 27 millions d’habitants selon les derniers recensements, le premier ministre a énoncé 13 mesures entrées en vigueur dès le 18 Mars 2020. Au regard de ces chiffres, la situation n’est pas critique. Néanmoins, elle doit conduire à la plus grande vigilance quant à la faculté de propagation avérée du virus et au taux de létalité de 3% qui dépasse largement les 0,1% de la grippe saisonnière mais reste nettement inférieur à celui du SRAS qui était de 10% dans le pic de la crise en 2003.

[1] Les chiffres sont susceptibles d’évoluer très rapidement. Les chiffres actualisés peuvent être retrouvés sur le site https://bnonews.com/index.php/2020/03/the-latest-coronavirus-cases/


Fermer