Français Lun - Ven 08:00-18:00 +237 243105872
Excellence, Ethique, Responsabilité, Ouverture

L’Afrique doit s’inscrire à l’école de la Chine

Le Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA), des 3 et 4 septembre 2018 a insufflé une vitalité supplémentaire aux relations diplomatiques, économiques et commerciales entre Beijing et ses partenaires en Afrique.
Lors de ce sommet, la Chine a annoncé qu’elle accorderait 60 milliards de dollars américains de financements à l’Afrique sous forme d’aides gouvernementales ainsi que d’investissements et financements de la part d’institutions financières et d’entreprises du pays.
Cette annonce qui illustre fort bien la vitalité économique de l’Empire du Milieu devrait amener les pays africains à se demander quelle est la voix qu’a emprunté cet ancien pays pauvre pour devenir aujourd’hui la première puissante économique du monde et le premier partenaire commercial du continent africain.
Dès lors, la nécessité pour les pays africains de rechercher la méthode qui a permis à la Chine de passer de la pauvreté à la richesse s’impose. Cela exige d’eux, une claire inscription à l’école chinoise. Car l’émulation est un atout pour réussir à s’enrichir et à prospérer dans l’actuelle mondialisation. Comme le remarquait Alexander Gerschenkron dans Economic backwardness in historical perspective : A book of essays (1962) : « le retard est un avantage pourvu que les pays en retard sachent se doter du cadre intellectuel et institutionnel approprié, en profitant de l’émulation fournie par l’avance des dominants et la soif de développement ».

Perrin Banzeu

Laisser un commentaire